05 octobre 2022

Louis-Philippe Noël se qualifie au championnat du monde Ironman


L’horaire de Louis-Philippe Noël est certainement bien rempli; en plus d’étudier au baccalauréat en génie des eaux et d’être capitaine de l’Équipe de Traitement des Eaux de l'Université Laval (ÉTEAUL), il s’est qualifié pour le 2022 Intermountain Healthcare IRONMAN 70.3 World Championship qui aura lieu à St. George en Utah, les 28 et 29 octobre 2022! Lumière sur l’impressionnant parcours de cet étudiant-athlète. 

Une aspiration professionnelle axée sur la protection des ressources
C’est après son passage au cégep, durant un voyage sac à dos en Asie, que Louis-Philippe saisit l’importance de l’eau. « J’ai fait beaucoup de plongée là-bas et je suis tombé en amour avec tout ce qui est relié à l’eau. Je me suis rendu compte à quel point on était chanceux au Québec en termes d’eau et que ça valait la peine de protéger cette ressource », se rappelle-t-il.

Après avoir débuté son parcours académique en génie informatique, ici à la Faculté, il s’est orienté un peu plus tard vers le génie des eaux, un programme qu’il ponctua de stages durant l’été pour acquérir de l’expérience dans ce domaine qui l’interpelle. C’est d’ailleurs ce qu’il a fait cet été à l’Université Victoria qui s’attarde plus particulièrement au contexte des pays en voie de développement; un chemin qu’il aimerait explorer davantage en travaillant à travers le monde ou dans des régions éloignées.

S’impliquer dans son programme
En plus de maintenir une impressionnante moyenne académique dans son programme, Louis-Philippe est également impliqué dans l’ÉTEAUL depuis l’automne 2020 et occupe le poste de capitaine depuis l’année dernière. Ce projet étudiant qui culmine en une compétition aux États-Unis lui permet d’exploiter sa nature compétitive à bon escient, mais également d’approfondir ses connaissances. « J’aime le côté pratique qui me permet de me sortir la tête des livres et de la théorie. C’est aussi une compétition qui simule une situation d’urgence, donc c’est venu rejoindre mes ambitions et mes intérêts reliés au génie des eaux », explique Louis-Philippe.

La piqûre pour les triathlons
Pour celui qui a toujours fait du sport, dont le ski alpin de compétition et le football au cégep, bouger a toujours fait partie de sa routine. Dans l’optique de surmonter un défi ponctuel plutôt que de poursuivre vers ce genre de compétitions de manière plus assidue, il décide de s’inscrire à une compétition Ironman à Mont-Tremblant à l’été 2019 sur un coup tête, lui laissant seulement trois mois pour s’entraîner. Après avoir complété son premier triathlon à Drummondville le même été, il a tout de suite la piqûre. 

L’Ironman est le plus long format d’une compétition de triathlon (qui constitue en soi toute une épreuve totalisant 3,8 km de natation, 180,2 km de cyclisme et un marathon, soit 42,195 km). « Je carbure aux défis et avec le triathlon, c’est toujours des défis », explique-Louis-Philippe qui mentionne au passage que la discipline et le fait de pouvoir s’améliorer de manière continue sont des facteurs qui le motivent.

Durant son stage cet été, il réalisa un demi-Ironman à Victoria où il se classa deuxième dans la catégorie 18-24 ans, décrochant ainsi l’une des trois places qui pouvaient se qualifier automatiquement pour le 2022 Intermountain Healthcare IRONMAN 70.3 World Championship. Un accès accéléré qui ne fut pas sans surprise pour lui. « Initialement, je visais les championnats du monde d’Ironman 70.3… pas nécessairement cette année, mais tant mieux si c’est cette année! », mentionne Louis-Philippe. Cette compétition d’envergure lui permettra de se positionner par rapport aux autres personnes participantes. 

D’ici à ce qu’il se rende en Utah pour accomplir cette épreuve, il se prépare en réalisant d’autres défis dont la Coupe Québec qui a eu lieu le 3 septembre au Lac-Etchemin où il a remporté la troisième position générale. Il a également complété l’IRONMAN 70.3 Timberman au New Hampshire en moins de 4 h 30, une performance impressionnante qui lui a permis de décrocher la 12e position générale (dont la première parmi les personnes participantes canadiennes). Elle lui a également valu une qualification pour l’Ironman 70.3 2023 qui prendra place en Finlande l'été prochain ainsi que l’adhésion à l’équipe de triathlon du Rouge et Or. 

Concilier ses multiples passions et responsabilités
Le fait d’avoir peu de temps libre pousse Louis-Philippe à être plus efficace afin d’optimiser son temps. « C’est sûr qu’il y a des périodes plus stressantes où tout arrive en même temps, mais je finis toujours par y arriver », précise-t-il. Il concilie les trois volets principaux de sa vie (études, sport, social) en les superposant, puisqu’il peut côtoyer ses amis dans l'équipe de triathlon et via le projet étudiant. 

Nous lui souhaitons le meilleur des succès lors du championnat!